Le vent,

Publié le 17 Août 2012

On ne peut briser le vent ;

Il se brise seul

Sur les falaises et les éléments,

Emportant avec lui dans son linceul

D’air les cœurs palpitants,

Les voix tremblantes

Et les cris déchirés de la démente,

Arrachés dans sa poitrine béante

Désormais vide.

 

 

 

Le vent s’est arrêté,

A passé

Puis s’en est allé

Laissant derrière lui

Une trace indélébile

Comme une tâche qui jamais ne s’essuie

                                                                     Gravée dans la chair

 

                                   

                                                                                    L.G.

Rédigé par Laëtitia

Publié dans #poème

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article