Publié le 24 Juillet 2012

Depuis que j’écoute tes silences,

Mon cœur se meurt

Et ne cogne plus pareil.

J’essaie de le tenir en éveil

De m’éveiller à la vie et ses merveilles

Mais je me sens épuisée.

 

 

 

Tu sais,

Chaque silence me brise

A quand la brise

De ton souffle ?

 

 

 

      Tu sais,

Je compte le temps

Et je sens qu’il s’égrène,

Qu’il défile et m’entraîne

Trop loin de toi.

J’étouffe au fond de moi

Moi, j’aimais bien ce « toi et moi ».

 

 

 

      Tu sais, je te dis tout çà

Et je me bats pour ne pas pleurer

Car là commencerait ma destinée

Vers le Néant.

 

 

 

J’aimerais contre toi être furax

Te balancer des mots blessants

Et te dire que ton absence c’est cruel

Mais je me défile de peur de te perdre, en réel

Je suis un corps vide haletant

Ma chute serait si tu ne voulais

Plus jamais

De moi.

 

 

L.G.

Voir les commentaires

Rédigé par Laëtitia

Publié dans #poème

Repost 0

Publié le 24 Juillet 2012

Te perdre,

Dans ma vie,

Ce serait me sentir effrayée

Ne plus entendre battre mon cœur. Envie

De ne plus être. L’idée

Me glace.

 

 

Te perdre,

Ne plus jamais entendre ta voix

Qui me berce et me faire rougir,

Ne plus imaginer tes mains frémir,

Ton visage pâlir

Lorsque tu me sens mal.

Te perdre, non, je ne le veux pas.

Ce serait ne plus vivre…

 

 

L.G.

Voir les commentaires

Rédigé par Laëtitia

Publié dans #poème

Repost 0

Publié le 24 Juillet 2012

J’entends, derrière moi

Quelqu’un crier.

A l’assassin ! A l’assassin ! Deux fois.

Puis le silence… Une volée

De secondes puis de minutes.

Je sens mon cœur qui lutte

Pour ne pas éclater :

Effrayé.

 

L.G.

Voir les commentaires

Rédigé par Laëtitia

Publié dans #poème

Repost 0

Publié le 24 Juillet 2012

La pluie,

Elle se frottera à ton corps

Comme une douce amante

Si bienveillante

Que dehors,

Tu seras apaisé.

O pluie, veille

Tu ne me fais point peur.

La barque viendra à l'heure

Pour me guider

Vers tes larmes déversées

Comme un torrent de musique.

Je te présente mon visage,

Inonde-le de tes perles glacées

Elles balayeront à jamais mes peines

Moi l'homme de bohème lassé.

La pluie est sereine.

Comme une amie fidèle.

 

L.G.

Voir les commentaires

Rédigé par Laëtitia

Publié dans #poème

Repost 0

Publié le 24 Juillet 2012

S’évapore

Dans le temps, dans ma mémoire

Son odeur de bébé si douce. Au revoir

Je le sens, tristement qui s’éloigne de moi.

Mon beau petit roi.

N’oublie pas que je t’aime…

 

 

L.G.

Voir les commentaires

Rédigé par Laëtitia

Publié dans #poème

Repost 0

Publié le 24 Juillet 2012

Tu es blanc,

Mais tu es l’Afrique.

L’Afrique coule dans tes veines, au dedans

Comme une vie magnifique

Emprisonnée.

 

 

On t’appelle, Macodou…

Comme l’écho doux

D’une respiration,

De ta voix si pleine de passion.

Macodou !!! …

 

 

Ton cœur, c’est comme un tam-tam

Qui résonne sans fin

Dans la nuit mauve.

Même les fauves

L’entendent et frissonnent jusqu’au crin

De leur crinière et de leur pelage.

 

 

L.G.

Voir les commentaires

Rédigé par Laëtitia

Publié dans #poème

Repost 0

Publié le 18 Juillet 2012

L’air entre nous a le relief

Du plaid doux qui nous offre

Tendrement la chaleur sur notre peau nue,

Du soleil haut dans le ciel, éclatant,

Du printemps qui jaillit en fleurs et couleurs.

Un air d’amour…

 

 

L.G. 

Voir les commentaires

Rédigé par Laëtitia

Publié dans #poème

Repost 0

Publié le 14 Juillet 2012

Le visage perlé et la main tremblante, je prends ma plume qui grogne. Je n’ai pas le choix d’écrire, elle le veut et me le fait comprendre. Je crois que sinon, elle va me dévorer, cette cannibale. Déjà qu’elle avale comme une gloutonne l’encre, sans en perdre une seule goutte. Ah pauvre de moi, si je n’écrivais pas sur la feuille blanche !! Le pire, ce sont les nuits ou les jours que ma page reste blanche et que la muse ne m’a pas rendue visite alors là, ma plume devient ignoble envers moi. Elle me traite de bon à rien et me jette de l’encre pour se moquer de moi. J’essaye alors de la calmer mais en vain. Il n’y a que lorsque le premier mot se pose sur ma feuille qu’elle s’apaise et qu’elle me laisse écrire. Oui, je suis esclave de ma plume ! Où est donc le boulet à ma jambe ? Il est invisible vous savez mais je le sens, posé au sol, et sa chaîne m’arrache la peau et ma jambe me fait souffrir. Dites-moi, si je fais un best-seller, serais-je libéré ?

 

L.G.

Voir les commentaires

Rédigé par Laëtitia

Publié dans #Récit

Repost 0

Publié le 12 Juillet 2012

Mûres en buisson et ronces menaçantes,

Elle n’avait pas peur de cueillir les fruits

Pensant avec une gourmande envie

A la confiture qu’elle en ferait

Et à ses enfants qui s’en régaleraient.

 

       

 

Elle allait par le chemin de cailloux

Avec sa bicyclette,

En quête.

Jupe plissée,

La jambe dévoilée.

Fière,

Sous un soleil de plomb.

 

 

L’accompagnaient les oiseaux

Qui dansaient dans l’air,

Le meuglement des vaches et de leurs veaux

Dans les près alentours. Douce atmosphère

Rythmée par le souffle du vent tiède

Et parfois la symphonie du grillon.

Le ciel légèrement cotonneux dans son sillon.

 

 

Parfois, nous l’accompagnions sur ce chemin,

Quelque peu geignards, nous ces gamins,

Je me souviens…

 

 

Mais, la nature vosgienne

Nous rappelait doucement à elle,

Et nous en oubliions bien vite notre moue rebelle,

Courant de nos jambes folles.

 

 

L.G.

Voir les commentaires

Rédigé par Laëtitia

Publié dans #poème

Repost 0

Publié le 4 Juillet 2012

Mon cœur transpire

De cet amour.

Y’aura-t-il encore des gouttes

De cet élixir,

Lorsque je te verrai ?

 

 

L.G.

Voir les commentaires

Rédigé par Laëtitia

Publié dans #poème

Repost 0