Au bord de l’eau,

Publié le 15 Mars 2013

La dormeuse,

Paupières fermées

Face au ciel à peine ombragé

De nuages passants, se fait rêveuse.

 

 

 

Frissons sur ses jambes dévêtues,

Robe légère.

L’air

Coule sur son visage

Comme le passage

D’un amant, épris.

 

 

 

 

Et près d’elle, la rivière,

Doucement s’écoule.

Ronds dans l’eau et clapotis,

Galets éblouis

Du soleil qui saoule

De sa chaleur prenante.

 

 

 

 

 

Rien ne brise, la quiétude…

Et la dormeuse continue de rêver.

 

 

 

 

L.G. 

Rédigé par Laëtitia

Publié dans #poème

Repost 0
Commenter cet article