Secrets de composition

Ecrire, est-ce donné à tout le monde?

 

Pour ma part, je pense que dès lors que l'on apprend à l'école à écrire, on est apte à créer un texte.  Sans nous en rendre compte bien souvent notre cerveau a enregistré un vocabulaire fabuleux, des mots qui bien souvent dorment dans un coin de notre tête parce qu'on ne prend pas le temps de les extraire. C'est bien dommage. Mais comment savoir si l'on est apte à créer réellement un bon texte? Certains ont cette capacité en eux depuis longtemps et n'ont qu'à prendre un jour un stylo pour qu'une page se compose et que l'encre bleue prenne la forme de mots. D'autres en revanche ont besoin d'un petit coup de pouce, je dirais.

 

Alors, vous, dans quelle catégorie, vous placez-vous, dites-moi?

 

Trés jeune, j'ai eu l'impression que l'écriture s'imposait à moi. J'avais toujours envie de griffoner sur du papier. J'ai commencé à aimer la langue française, à l'école. Je me suis mise à dévorer des livres. Dans la demeure familiale de mes parents, je partais à l'aventure des livres de la petite bibliothèque de la salle à manger. Ces livres semblaient dormir pour moi et j'aimais les sortir pour les dépoussiérer et les découvrir. Je fis d'ailleurs de belles découvertes. Je me souviens alors de titres ou d'auteurs qui m'ont séduit alors.

 

Titres: - "Le mystère de l'île aux mouettes", de Enid Blyton.

    

              - "Contes des milles et une nuits".

 

              -" La prison de chair" de Dominique Arly.  

 

 

Auteurs:  - Gérard De Villiers ( notamment pour sa fameuse série "L'éxécuteur" ).

 

Si je me souviens d'autres titres ou auteurs, je vous en ferai part. Mais là, à cet instant, je peux vous dire que j'ai la mémoire qui flanche. Ne riez pas!! Sourire. Mais, cette petite bibliothèque n'était que le début de ma découverte littéraire. Je dus aussi me rassasier de ma faim de lire à la bibliothèque municipale Aimé Gaugué, à 10 km de chez mes parents, à Mirecourt, pour être exacte. Mirecourt, pour votre information est la capitale de la lutherie. Donc, une petite ville mais, un intérêt certain. Dans cette petite bibliothèque, j'en ai dévoré des tas de livres et j'en redemandais sans cesse. Mais, je ne peux vous dire que c'était là, mes lectures les plus passionnantes. A l'époque, je lisais beaucoup de classiques, tel Zola ( j'y trouvais mon plaisir, alors que d'autres s'ennuyaient ) mais aussi des livres d'un styles je dirais romantico-fleur bleue. Un style que désormais je repousse volontairement mais que je ne renie pas pour autant. J'ai appris de ce style.  Des histoires sans intérêt où le machisme a son importance et la femme réduite à sa fragilité, attendant le grand amour. Je peux alors vous citer comme auteur de romans de ce genre, la fameuse Barbara Cartland. Je ne vous la recommande que si vous avez environ une quinzaine d'années et que le romantisme est votre refuge.

Mais la bibliothèque munipale m'a ouvert à des lectures plus variées. Heuresement ! Et je n'en ressortais jamais les mains vides. Si le prêt durait 3 semaines, je prenais le maximum de livres possible pour assouvir ma passion, donc, environ 12 livres. Et ils étaient lus et dévorés sous mes yeux satisfaits.

 

C'est cependant pendant mes études universitaires que je fis des lectures surprenantes et découvris enfin des auteurs contemporains, tel que Christine Angot, Annie Ernaux... Là, je découvris un univers différent. Fini, les classiques où les mots étaient soignés. Place au style original, à la vie en somme, plus brute. Mais désormais, même si je prends toujours le temps de lire ces auteurs trés connus, j'essaye de dénicher la perle rare parmi des auteurs méconnus qui me procureront tout autant de plaisir à la lecture. Vous souhaitez peut-être alors vous aussi faire de belles découvertes alors, je vous fais partager les miennes, que voici:

 

- "Un sens à la vie", de Dominique Bourgon, éditions Seuil. ( témoignages ). Roman bouleversant.

 

- "L'homme qui marche n'a pas de visage", de Christophe Blangero, ?

 

- "Treize lunes de sang", Marco Libro, éditions Clair de Plume 34 ( policier ). Haletant ; Suspens incroyable.

 

 - "Le sang de la miséricorde", de Bernadette Boissié Dubus, éditions Clair de Plume 34 ( policier ). Vraiment bien écrit. Original.

 

 - "Ecrits de la lune", de Véronique Audelon, ? ( nouvelles ). Emouvant.

 

 

Au fil de mes lectures et au fur et à mesure du temps:

Je pense que l'écriture n'était qu'une suite logique de mon amour inconditionné pour les livres et la lecture. D'ailleurs, l'écriture est venu à moi tout naturellement. Mais au départ, c'était encore incertain, fragile et je dirais enfantin. J'ai commencé à écrire, comme beaucoup de filles avec mon journal intime. J'écrivais sur de vulgaires cahiers de brouillons car, un journal ne m'avait pas suffit. A l'époque, c'était mon seul moyen pour exprimer ce que je ressentais car j'étais d'une timidité incroyable et trés réservée. Puis, un jour, les premiers amours ont mis en moi une âme de poète et les écrits ont vraiment débuté alors que je commençais à aimer.  J'écrivais alors dans un style trés fleur bleue à cette époque. Ce ne sont d'ailleurs pas là mes meilleurs écrits. Le thème était unique : l'amour.

 

Mais, la vie m'a changé. Je me suis ouverte au monde. Je me suis révoltée aussi et mes écrits ont changé. Muris.

 

J'écris soit en silence, soit en musique (selon l'humeur du jour : en écoutant du rock, de la pop, des mélodies douces...), chez moi, devant mon clavier, sur la table de cuisine, ou ailleurs. Partout où l'inspiration me surprend. Un rien m'inspire. Un mot. Un titre. Un visage. Un paysage. Une situation. çà fait tilt dans ma tête et j'écris. Souvent, désormais, j'écris mais je vois des images en moi. Et lorsque je me relis, j'essaye de voir si je les aperçois encore. Si c'est le cas, pour moi, le texte est réussi.

 

Je ne cherche pas à vous dire que j'ai un quelconque talent. Non. Par contre, je vous dis simplement que j'ai un réel plaisir à écrire chaque jour. C'est devenu un besoin, une passion dont je ne pourrais me passer. Et je pense que c'était en moi depuis trés longtemps.

Repost 0