Mon Haïku à moi !

Trottoir glacé

Hantise  de la glissade

Petits pas tremblotants.

 

 

 

 

 

Pluie fine

A la nuit tombée

Demain aura ses retombées

Ou ses tombés !

 

 

 

 

 

Soleil disparu

Probablement endormi

La grisaille est reine.

 

 

 

 

 

Bout du nez rougi

Clown des rues

Sous le chapiteau gris.

 

 

 

 

 

Mines déconfites

Sourire ?

Le spectacle n’est pas drôle.

 

 

 

 

 

Le chat noir dérape

Patinoire !

Il s’en étonne.

 

 

 

 

Une musaraigne crevée

Gris sur blanc

Je regarde.

 

 

****************

 

 

  La nuit,

Tous les chats sont gris.

Heureusement que leurs yeux-phares nous éclairent !

 

 

 

 

 

La lune est joueuse.

Elle fait son défilé

De quartiers.

 

 

 

 

 

 

La lampe de rue clignote.

Attirante.

Fera-t-il nuit noire ?

 

 

 

 

Un chien aboie.

Echo.

Puis le silence retombe.

 

 

 

 

Bonne nuit les petits.

Les adultes veillent.

Faudra grandir !

 

 

 

 

 

Les étoiles scintillent.

Si petites.

Elles ne nous réchauffent pas.

 

Les larmes ne servent à rien.

La vie est trop courte.

Mais l’œil n’en fait qu’à sa tête.

 

 

***************

 

 

Mon esprit tourmenté ;

Tu me manques.

Je vieillis.

 

 

 

 

 

  Les larmes ne servent à rien.

La vie est trop courte.

Mais l’œil n’en fait qu’à sa tête.

 

 

 

 

 

Tu me troubles.

Puis tu fuis.

J’ai peur du vide.

 

 

 

 

 

L’attente est longue.

La sonnerie retentira-t-elle ?

J’espère…

 

 

 

 

 

Grimper au septième ciel,

Dis-moi, çà existe ?

Déjà le ciel, çà serait beau.

 

 

 

 

J’ai envie d’un baiser tendre.

En souvenir de mes quinze ans.

Mes lèvres tremblent.

 

 

 

 

Notre rencontre ?

Pour l’instant, un mirage.

Espoir d’un passage, possible, dans le temps.

 

 

 

 

L.G. 

Repost 0