Variation d’un bonheur fragile,

Publié le 23 Avril 2012

Passent les jours,

Passent les semaines.

Dans le cœur, point de haine.

Seul gronde le silence

De l’absence,

L’envie d’aimer

Et d’être aimé.

 

 

Puis, le battement ininterrompu…

 

 

La vie.

L’amour.

L’envie.

Du « toujours. »

 

 

 

L.G. 

Rédigé par Laëtitia

Publié dans #poème

Repost 0
Commenter cet article

danièle CHANEAC 24/04/2012 10:07

Le temps ne se préoccupe pas de nos humeurs, nos sentiments, nos envies... Mais il les rend plus doux, plus légers pour les transformer en souvenirs. Le bonheur n'est-il pas de vivre intensément le
présent ?

Laëtitia 24/04/2012 14:45



Oui, il faut en effet profiter du présent malgré la passé qui parfois a eu son lot de douleurs et de déceptions