Une journée,

Publié le 9 Août 2014

 

 

Je m’ennuie...

J’essaie d’attraper les  secondes, les minutes et les heures. Mais, elles me reconnaissent toujours, moi, la vilaine humaine. Et elles courent, courent. Et je cours, cours. Mais en vain, je ne les rattrape jamais. Que dois-je faire ? Mourir et...me réincarner en automate du temps ? C’est une idée. Mais est-ce possible ? La mort est si capricieuse.

Je délire...

Cette journée semble interminable. Elle s’allonge dirait-on. Je me suis réveillée, ce matin, comme d’habitude. Le soleil jouait à cache cache avec les persiennes et il m’a fait un clin d’oeil éblouissant. J’ai souris... Enfin, grimacé. Le soleil est vraiment vilain avec moi. Je lui en veux mais je vais faire semblant de rien car ensuite, il me suit tout au long de la journée. On sait jamais ! Alors ? je me suis levée. Mes pieds directs dans les pantoufles chaudes. J’avais l’air molle... molle. Cheveux ébouriffés comme une sorcière, yeux pas en face des trous. Mais, j’ai tenu bond et j’ai avancé ma carcasse jusqu’à la cuisine. Je me réveillerais bien dans mon bol de café. Et effectivement, quand le liquide chaud a commencé a coulé dans la cafetière et que son odeur a commencé à s’évaporer dans la pièce, mes yeux se sont remis dans leur trou, ma langue pendait d’envie...  Pour la faire patienter, je me suis fais un jus d’orange pressé et là, elle a salivé de plaisir. Je suis pas sortable, on croyait un chien qui bave devant sa gamelle. Le café s’est arrêté de couler. J’ai pu enfin me réveiller.

Et les secondes, les minutes, les heures ont défilé. J’ai cru qu’il ferait nuit un jour mais, la nuit ne venait pas... ne venait pas... ne venait...

Le réveil...

Soudain, j’ai entendu une sonnerie infernale. Qu’était-ce ? On sonnait à la porte d’entrée ? Le carillon de l’église ? Un vaisseau spatial ? Mes yeux devinrent fous à chercher l’intruse. Je fouillai, fouillai en tous sens, bras comme en compétition puis le trou noir. Dringgggggggggg bing bang....pouffff.  Je revins à moi, j’étais dans mon lit. Le soleil jouait à cache cache entre les persiennes. Encore... J’avais donc rêvé.

Rédigé par Laëtitia

Publié dans #Récit

Repost 0
Commenter cet article