Une femme avec une femme,

Publié le 5 Juin 2012

 

 

 

 

 

 

 

Elle avait les lèvres si douces

On aurait dit de la mousse.

J’ai aimé l’embrasser

Le plus dur c’était d’oser

Avec tous ses regards inquisiteurs.

J’avais je l’avoue vachement peur.

 

Mais ce baiser,

Je ne peux l’oublier.

C’était de la bombe atomique.

De toute façon maintenant,

Entre elle est moi c’est chimique.

C’est d’l’amour je crois. C’est vivant.

 

L.G. 

Rédigé par Laëtitia

Publié dans #poème

Repost 0
Commenter cet article

mansfield 07/06/2012 12:27

L'amour est toujours un moteur et quand il se présente il faut foncer sans se poser de question, ce poème le décrit bien.

Laëtitia 09/06/2012 11:55



Oui, c'est bien cela mais malgré tout, on s'en pose...