Sous le temple,

Publié le 22 Mai 2012

Sous le temple baigné,

Entre les eaux du fleuve sacré,

Nous nous arrêtâmes un instant,

Sentant nos cœurs chavirés et rêvant.

Le soleil ne pâlit pas et la nuit ne tiédit pas.

Mais plus rien ne compte. Tes yeux me parlent tout bas

Des terres que l’on a traversées, des cultures, de la vie. Je m’y noie.

Refuge diapré. Je l’épouse dans l’attente d’un baiser.

Le souffle court, près de tes lèvres. Je me prête en sacrifiée

Pour mourir sereine et apaisée.

Douce mort…

 

 

L.G.

Rédigé par Laëtitia

Publié dans #poème

Repost 0
Commenter cet article