Muse,

Publié le 15 Décembre 2012

 

 

O Muse, susurre ton génie

A mon esprit

Tourmenté.

Glisse de la beauté

Dans mes songes

Pour que je les couche

Sur du papier. Je serai telle une éponge

J’absorberai à la louche

Tes mots

Tel un sot

Pantin tiré par des ficelles invisibles.

Mais je te pardonne

Car tu étonnes mes pensées,

Tu embellis ma vie

Et désormais, je souris.

 

 

L.G. 

Rédigé par Laëtitia

Publié dans #poème

Repost 0
Commenter cet article