Meurtrissure,

Publié le 20 Mai 2012

Tu es parti,

Me laissant seule avec mon chagrin.

J’ai dû m’habituer au lendemain sans toi,

Au froid matin.

Mon cœur est meurtri, en émoi

A moitié mort.

Je survis.

C’est la vie

Mais je la trouve injuste.

Je m’accroche aux jolies choses…

Tu es parti,

Me laissant seule avec mon chagrin.

J’ai dû m’habituer au lendemain sans toi,

Au froid matin.

Mon cœur est meurtri, en émoi

A moitié mort.

Je survis.

C’est la vie

Mais je la trouve injuste.

Je m’accroche aux jolies choses…

 

L.G.

 

'(dédié à Jeanne Balvet)

Rédigé par Laëtitia

Publié dans #poème

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article