Le cirque invisible,

Publié le 18 Juin 2012

Alors que le chapiteau du cirque Pinder

Se dresse haut en couleur,

Que la foule se précipite à l’heure

De son ouverture,

Un autre cirque opère avec grâce

Dans l’atmosphère de Dame Nature

Si mon œil scrute les environs, point ne se lasse

De ses experts en la matière.

 

 

 

Dans l’azur profond et parsemé,

Planent les oiseaux, dispersés

Dans une danse souple.

Parfois en couple,

Parfois solitaire,

Dans l’air.

Ballet de plumes

Ephémère,

Que je regarde, sur mon bitume

Avec envie. Rêvant de percer leur mystère

Et de voler à mon tour, léger

Comme une plume,

Bercé

Par la brise qui écume

Le ciel.

 

 

Puis, mon regard se vautre à terre

Cherchant d’autres repères

Alors que se morfond en moi, mon rêve.

Je découvre une funambule

Bien à l’aise sur sa toile de soie

Qui gesticule et vibre, en attendant sa proie.

L’aranéide, bien habile et ingénieuse

 

Se révèle grande artiste

Alors, suivez bien sa piste

Vous verrez alors ses oeuvres majestueuses.

Elle aurait pu faire des mathématiques

A en croire ses toiles si géométriques.

Elle aurait pu être maçon vu son tissage

De toile-échafaudage.

Ou encore travailler chez Epéda !

Avec ses toiles en hamac ou en drap.

Mais, l’aranéeide se complait

Sagement dans sa liberté.

 

 

Et la fourmi,

Point je n’oublie.

La petite ouvrière

Qui va fière,

Entre les herbes folles et généreuses.

Petit soldat, qui marche au pas,

Portant les victuailles et les outils

Pour bien nourrir ses bébés et étayer son nid.

En géant, je regarde la colonie

Qui passe et je m’évanouie

Dans sa contemplation.

 

 

 

Puis, le chat m’interrompe de sa jonglerie

Pattes brassant l’air.

A la chasse, mon gros pépère

Aux papillons voltigeant

Et aux nébuleux tourbillonnants.

 

 

 

 

A la fin de la journée,

Lorsque le rideau de la nuit tombe, mauve

Et que je me glisse dans les bras de Morphée,

                                     Les habitants de la nature jouent encore les petits fauves

Remplissant de leurs bruits,

L’obscurité.

 

L.G.

 

Rédigé par Laëtitia

Publié dans #poème

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article