La femme coquelicot,

Publié le 23 Octobre 2012

Regardez cette femme

Avec ses lèvres vermeilles

Un sourire d’elle, vous émerveille

Et sa beauté croisée,

Vous ne pouvez l’oublier.

En un souffle de vent,

Elle s’éparpille dans la nature,

Fragile et sure

D’elle, pourtant.

Puis reviendra

Tout en beauté

Pour à nouveau vous hanter.

 

 

Elle est belle

Et vous ensorcelle

Et vous fait  l’effet d’une douce fleur

Qui fait battre bien fort votre cœur.

Dites-lui des mots d’amour

Qui glissent à son oreille comme du velours

Et vous verrez ses joues s’empourprer.

Mais aimez-la

Et gardez-la

Car comme le coquelicot

Elle est frêle et sensible

Et si vous êtes sot

De la laisser partir

Eligible, de nouveau, elle sera

Pour un autre bonheur

Car elle, ce qu’elle veut, c’est son âme-sœur.

Au grès du vent, comme une fleur, elle étale

Ses beaux pétales

Et disperse son désir

De conquérir

Pour l’éternité

Son bien aimé.

 

 

L.G. 

Rédigé par Laëtitia

Publié dans #poème

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article