L’absence,

Publié le 10 Juin 2012

Je te parle au travers des villes,

Je te parle au travers des villages,

Qui se tiennent immobiles

Que tu marques de ton passage.

Je te parle d’un pays à l’autre

Dans mes pensées, je me vautre

Et ne veux plus les quitter.

Ta voix encore sonne à mon oreille,

Désormais sourde. Silence sonore.

Ta bouche n’est plus collée

Au petit combiné.

C’était mon or,

Ma richesse.

Désormais, je suis nue

Et, comme une âme en peine.

Qu’on me laisse errer dans les rues,

Qu’on me laisse essuyer seule mes larmes sereines

Sur mes joues. Sans toi, le froid est plus cru,

Le soleil a pâli.

C’est la brume qui s’oublie

Sur le temps et qui ne se dissipe plus.

Rédigé par Laëtitia

Publié dans #poème

Repost 0
Commenter cet article

mansfield 10/06/2012 17:50

Errer sans peine et vivre sa peine, la restituer avec des mots, joli!

Laëtitia 11/06/2012 10:17



Merci... Les mots sont là pour exprimer souvent ce que l'on ressent...



nadia 10/06/2012 16:53

Wouah magnifique poème. Bravo Laetitia. Bisous.

Laëtitia 10/06/2012 17:26



merci beaucoup ma chère Nadia !!! Bisous.