Et si nous retournions,

Publié le 26 Mai 2012

Soudain le bitume puant se brise

Et la fumée des usines s’amenuise.

Les lampes une à une s’éteignent.

Le modernisme s’évapore

Et semble avoir tort.

Des champs de lavande, de coquelicots

Des prairies reverdissent

Et nos regards se déplissent

Devant cette beauté qui crie en écho

Sa trop longue absence.

Et si nous retournions au Paradis !

 

L.G.

Rédigé par Laëtitia

Publié dans #poème

Repost 0
Commenter cet article