Afrique,

Publié le 6 Avril 2012

Terre brûlée de soleil,

Assoiffée et alourdie de poussière,

O Afrique, pourtant de toi, je suis fier.

Ton royaume est grand.

Immense est ton souffle pour nous faire grandir

Pour que nous puissions vivre.

O mère, tu nous accueilles en ton sein

De pauvreté ou de richesse

Mais c’est toujours avec une  grande allégresse.

Pour toi, nous sommes tous noirs,

Tous les enfants de ta chair profonde

Issus de ta maternité féconde.

Frères de sang.

O Afrique, je t’aime.

J’aime tes paysages fauves

Où l’antilope apeurée dans la nuit mauve

Sent que le lion la guette

Et que sa course s’arrête

A son trépas sanglant.

J’aime les déserts envoûtants

Où le sable brûlant

Sortira de sa torpeur

Pour balayer avec vigueur

Le peu de vie qui se cache.

Mais, je sais que de toi, aussi crache

La puanteur des villes

Où le bitume pille

Comme un brigand

Qui déferle sur la terre.

Je sais l’odeur polluante qui ère

Sous nos narines ouvertes

Et offertes

A la vie.

O Afrique, mon Amour,

Ma joie et ma peine.

Tu es mienne : ma Reine

A jamais, chaque jour.

 

 

 

L.G.

Rédigé par Laëtitia

Publié dans #poème

Repost 0
Commenter cet article

afriquedocumentaire 01/06/2012 12:51

Un poème très édifiant. J'adore !

Laëtitia 03/06/2012 15:13



merci beaucoup. Bon dimanche. Laetitia