Retour

Publié le 18 Novembre 2016

Le pas nonchalant, la barbe longue, les yeux vitreux de celui qui a trop vécu, même la tristesse semble partie, les larmes ne coulaient plus. Le coeur pourtant est resté plein d'espoir, parfois bondissant comme une réponse lointaine.
Les rues n'ont pas changé. Les visages anonymes des passants, rassurent. Sauf la période, le temps. Il neige désormais et un froid vif réveille la silhouette comme morte. Chez soi, enfin. Se réaccoutumer à ces murs, ces meubles, ces fenêtres. Le silence désormais plus confortable. Se laisser choir peut-être sur le fauteuil et ne rien voir au fond. Envie d'être seul un moment. La clarté du jour comme seule véritable  compagne. La laisser trainer sur le visage comme la main d'une amante.
A-t-il,  au final,  été oublié ? Oublié comme un vulgaire un vulgaire et banal objet, jeté tout  au fond d'un carton poussiéreux et moisi.
Oser allumer son ordinateur lui est en-dessous de ses forces. La peur au ventre. Oublié ? Est-il vraiment revenu ? Est-il réellement là, dans cette pièce semi-claire. Il se sent perdu soudain et n'aspire plus à rien, si ce n'est penser encore et encore. Il ne veut pas crever ce silence qui peu à peu le ramène à la vie, à sa vie. Il écoute son souffle... En vie ! Oublié ?? La question trotte inlassablement dans sa tête comme un refrain très  perturbant. Le coup presque du disque rayé qui fout le frisson lorsqu'il saute et que la musique n'a plus sa beauté.
Ses doigts tremblent....

Rédigé par Laëtitia

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article