La cuisse

Publié le 30 Juillet 2016

La cuisse fatiguée,
ouverte et capricieuse,
Le tintamarre de la poitrine
plus sonore,
tambour de transe.

La main moite qui suivra son chemin,
Tremblement,
l'écartèlement heureux,
le souffle retenu.

L'oeil fou,
cavaleur,
girouette,
Peintre du nu,
sur le moment.

Les effluves
où bascule le désir.
La soif,
douce folie.

Et l'animalité
qui renverse la donne.
L'espace-temps
bouleversé.

L.G.

Rédigé par Laëtitia

Publié dans #poème

Repost 0
Commenter cet article